Skip to content
Hays - Recruiting experts worldwide
  1. Je suis
    Je suis

Hays Global Skills Index

La Belgique est le royaume de la médiocrité

« Si la Belgique postulait pour un emploi, je ne l’engagerais pas » Résultats du Hays Global Skills Index : la Belgique est le royaume de la médiocrité.

 

Bruxelles, le 22 décembre 2014 – Hays et Oxford Economics ont établi le Hays Global Skills Index pour la troisième année consécutive. Le rapport évalue l’efficacité du marché du travail qualifié dans 31 pays ainsi que sa capacité à fournir de la main-d’œuvre qualifiée. Les résultats du rapport prouvent que la Belgique est le royaume de la médiocrité et présente peu de perspectives de croissance futures.

Pour la troisième année consécutive Hays, le bureau de recrutement et de sélection, a mené une étude en collaboration avec Oxford Economics : le Hays Global Skills Index. Le rapport évalue l’efficacité du marché du travail qualifié dans 31 pays. Les résultats du rapport prouvent que la Belgique est le royaume de la médiocrité et présente peu de perspectives de croissance futures. « Si la Belgique postulait pour un emploi, je ne l’engagerais pas », déclare Wilfrid de Brouwer, Managing Director de Hays Belgium.

En 2013 le PIB a augmenté avec 1,2 %, mais les 30 années d’expérience de Wilfrid de Brouwer sur le marché du travail l’ont amené à tirer cette conclusion : il faut un taux de croissance d’au moins 1,5 % pour que la création d’emploi décolle véritablement. « L’octroi d’avantages fiscaux aux employeurs n’aidera pas à lui seul la croissance du PIB à atteindre 1,5 % par an. La richesse nationale a beau reposer sur la création d’emploi, il en faut plus pour réaliser cet objectif », déclare Wilfrid de Brouwer.

Le handicap compétitif: un désavantage de taille quand il s’agit de retenir les postes et les talents hautement qualifiés

Selon Hays Belgique, les professionnels hautement qualifiés qui travaillent dans les secteurs hautement qualifiés - tels que les sciences du vivant, l’informatique, les mathématiques ou la technologie - quittent la Belgique pour trouver un emploi ailleurs, tout simplement parce qu’il n’y a plus de postes de haut niveau en Belgique. Les coûts salariaux sont beaucoup trop élevés pour attirer et permettre de rémunérer les meilleurs talents en Belgique. L’indexation annuelle des salaires ainsi que la pression fiscale et les cotisations sociales élevées par rapport à d’autres pays entraînent des salaires hors de prix et, dès lors, un handicap salarial considérable de 13 %. C’est aussi pour cette raison que les entreprises n’installent plus leur siège en Belgique ou quittent tout bonnement le pays pour rester concurrentielles. Wilfrid de Brouwer : « Le gouvernement belge doit supprimer le handicap salarial et stimuler le dynamisme entrepreneurial pour créer un marché de l’emploi basé sur des secteurs qui génèrent une haute valeur ajoutée ».

 Les Belges n’ont pas l’ambition d’évoluer ou de créer le prochain Google

L’autre problème qui pèse sur le marché du travail belge est la perception de l’entrepreneuriat et de la rémunération. Les joyaux économiques belges sont encore trop souvent cédés à des investisseurs étrangers. Mais ce problème n’est pas réservé aux multinationales. Vu les incertitudes politiques et économiques, les propriétaires de PME préfèrent engranger rapidement du cash plutôt qu’assurer une croissance organique durable. « Trop peu d’entrepreneurs belges ont l’ambition de fonder le prochain Google », pense Wilfrid de Brouwer. Hays Belgique estime que les pouvoirs publics ont un rôle crucial à jouer à cet égard. Ils doivent encourager l’entrepreneuriat durable dans tous les sens du terme : écologique, mais aussi durable et à long terme.

 Repenser les « fondements » du système éducatif pour créer un avantage concurrentiel

Le rapport de Hays montre que notre marché du travail a cruellement besoin de spécialistes hautement qualifiés. Bien que le niveau de qualité global de notre système éducatif soit très bon, on observe une discordance croissante entre les compétences nécessaires à la création future d’emploi et les profils que forment aujourd’hui nos écoles et universités. « Les universités devraient plutôt promouvoir les filières très demandées sur le marché. Et les entreprises devraient s’associer aux autorités chargées de l’éducation pour instaurer des systèmes éducatifs adaptés à leurs besoins professionnels », dit Wilfrid de Brouwer. Selon monsieur de Brouwer, la Belgique se verra, dès lors, contrainte d’attirer des talents étrangers pour pallier la pénurie aux postes à compétences techniques et de haut niveau. Les secteurs avant-gardistes ne disposeront, en effet, plus de suffisamment de travailleurs spécialisés dans un avenir proche. Hays Belgique conclut que les politiques d’immigration « intelligentes » sont le moyen idéal d’élargir le gâteau économique plutôt que de le couper en plus petits morceaux.

Des politiques d’immigration intelligentes pour doper l’afflux de cerveaux

Selon Hays Belgique, l’immigration devrait aussi être considérée comme un excellent moyen d’attirer les cerveaux, non seulement au niveau belge, mais aussi à l’échelle européenne. « Il y a un fossé entre l’emploi et le talent dans tous les pays européens. Ne serait-il pas préférable de sélectionner les immigrants sur la base de leur potentiel à combler ce fossé dans quelque profession et quelque industrie que ce soit ? », se demande monsieur de Brouwer. Le marché européen du travail devrait, dans les différents pays, promouvoir l’immigration des talents sur la base des besoins de ces divers marchés à court et moyen terme. Les gouvernements et les entreprises devraient collaborer plus étroitement pour identifier les compétences en pénurie et adapter leurs politiques d’immigration en conséquence. Avec le Global Skills Index 2014, Hays veut offrir un outil intéressant, une source d’inspiration pour instaurer des règles et des politiques plus efficaces.

Au final, la manière de stimuler l’entrepreneuriat, de faire face au handicap concurrentiel et d’adapter notre système éducatif et notre politique d’immigration aux besoins du marché façonnera le marché du travail belge.

 

À propos de Hays : Hays plc (le « Groupe ») est un groupe de recrutement professionnel de premier plan, à l’approche globale. Le Groupe est expert en recrutement de personnel qualifié, professionnel et talentueux, dans le monde entier ; Hays est leader du marché au Royaume-Uni et en Asie-Pacifique, et fait partie des leaders du marché en Europe continentale et en Amérique latine. Le Groupe est actif dans les secteurs privé et public et se concentre sur les emplois permanents, les projets de « contracting » et les missions temporaires. Le 30 juin 2014, le Groupe comptait 8237 collaborateurs, répartis dans 237 bureaux, dans 33 pays et dans 20 spécialités.

 

Contact de presse :

Davy Ghysels
Marketing Manager
+32 (0)495 62 51 34
Davy.Ghysels@hays.com

 

Elisah Van Den Heuvel
PR Consultant
+32 3 260 96 45
elisah.vandenheuvel@newsenginepr.com

|