Skip to content
Hays - Recruiting experts worldwide
  1. Je suis
    Je suis

À peine 1 femme belge sur 20 ambitionne une fonction de direction

Les ambitions des femmes belges très en deçà de celles de leurs collègues masculins  

À peine 1 femme belge sur 20 ambitionne une fonction de directrice générale ou de CEO. Un homme belge sur 5 vise, en revanche, le sommet de la hiérarchie. Cette conclusion ressort des chiffres d’une étude internationale menée par le spécialiste en recrutement Hays, à l’occasion de la Journée internationale de la Femme. Parmi les pays limitrophes, seuls les Pays-Bas font moins bien avec un pourcentage de 3,5 %.

Vers l'étude

À peine 5 % des femmes belges ambitionnent une fonction de directrice générale ou de CEO. S’il contraste avec des pays comme la Colombie (22 %), la Malaisie (28 %) et les Émirats arabes unis (18 %), ce chiffre n’est peut-être pas aussi dramatique qu’il le suggère. Tamara Vereecken, Directrice nationale chez Hays Response Belgique le relativise plutôt :

« On doit poser la question de savoir si l’ambition d’une personne se résume au fait de devenir CEO ou pas. Ce serait tout aussi réducteur qu’imaginer que seuls les CEO sont des travailleurs ambitieux. »

Les femmes belges sont, en revanche, nettement plus ambitieuses quant aux rôles de niveau intermédiaire. Une femme belge sur deux indique qu’elle devrait atteindre un poste de management pour estimer avoir réussi, contre 30 % des hommes. La tendance à l’absence de talent féminin au sommet de la hiérarchie ne montre aucun signe d’inversion. Pour 76 % des répondants, la personne la plus haut placée dans leur organisation est un homme.


L’enquête révèle aussi que les femmes ont une vision plus négative de leurs possibilités de carrière par rapport à celles des hommes : 30 % des répondantes pensent qu’elles n’ont pas les mêmes opportunités de carrière que leurs collègues masculins (contre 13 % des hommes). L’année passée, 25 % des femmes avaient fait ce constat (contre 11 % des hommes).
Il ressort enfin de l’enquête que les entreprises doivent être plus transparentes quant à ce qu’elles mettent en œuvre pour favoriser l’avancement des femmes, y compris en matière de politiques formelles de diversité des genres. Les répondants indiquent en majorité que leur organisation n’a pas de politique de diversité (44 %) ou ne pas être sûrs qu’elle en ait une (32 %).
Hays Belgique relativise les chiffres. Tamara Vereecken, Directrice nationale chez Hays Response Belgique :

« Nous ne devons pas nous laisser aveugler par ces chiffres. On peut réussir dans n’importe quel rôle, qu’il s’agisse d’un rôle de leadership ou pas, au niveau supérieur ou au niveau intermédiaire. Le manque de talent féminin et la perception négative qu’ont les femmes de leur carrière et de l’égalité de la rémunération peuvent certes transparaître dans les chiffres, mais je pense que l’ambition, la vision adéquate et les compétences peuvent surpasser la notion de genre. Je suis convaincue que les entreprises comprennent parfaitement que la bonne personne à la bonne place est une question de compétences et d’expérience, totalement indépendante du sexe. »


Les hommes belges sont plus conscients des différences de genre au travail

On note toujours un déséquilibre patent entre la perception qu’ont les hommes et les femmes de la rémunération et de la reconnaissance dont bénéficient les travailleuses. 80 % des hommes pensent que les hommes et les femmes ayant les mêmes capacités sont payés ou rémunérés sur un pied d’égalité, tandis qu’à peine 52 % des femmes en sont convaincues. Par rapport à l’année passée, cette proportion chez les hommes a toutefois évolué : à l’époque, 93 % des hommes belges pensaient, en effet, que les hommes et les femmes étaient payés ou rémunérés de la même manière. 


Cette sensibilisation accrue indique que davantage d’hommes sont désormais conscients de l’existence d’un déséquilibre salarial entre les sexes. Cette différence de 13 % est significative ! Davantage d’efforts de sensibilisation et de soutien devront toutefois être consentis pour gommer ces différences salariales. Tamara Vereecken indique:


« Nous sommes heureux de noter cette évolution et nous sommes relativement optimistes. L’essentiel est que les entreprises aient une politique salariale fondée sur la fonction et l’expérience, pas sur le sexe. J’espère que seule une minorité d’entreprises utilise encore le genre comme critère de définition du salaire »

 « J’ai appris d’expérience qu’une femme peut vraiment concrétiser ses ambitions au sein d’une entreprise qui lui correspond. Il est aussi très important pour moi d’avoir un équilibre parfait entre travail et vie privée : ce n’est qu’au moment où l’on est pleinement épanoui sur ces deux plans que l’on peut tirer le meilleur de soi et des autres. Cet équilibre ne vaut d’ailleurs pas seulement pour les femmes, mais pour tous les travailleurs. Nous le constatons chaque jour auprès des candidats qui postulent chez nous, qu’ils soient jeunes ou vieux, hommes ou femmes. »
Tamara conclut : « Il est crucial de connaître ses forces et ses faiblesses et de vous entourer, dans ce cadre, des personnes adéquates. Si vous saisissez toutes les opportunités d’apprendre en continu, vous vous épanouissez sur le plan personnel, mais aussi en équipe et dans l’entreprise. C’est de cette manière que les ambitions deviennent réalité. »
 
-     FIN -

À propos de l’étude Global Gender Diversity

L’étude « Leading Women Survey » a été compilée à partir de données recueillies entre novembre 2015 et janvier 2016. Les conclusions du rapport de Hays sur la diversité homme/femme se fondent sur une étude menée auprès de plus de 11.500 répondants masculins et féminins dans le monde entier (57 % de femmes, 42 % d’hommes et 1 % préférant ne pas l’indiquer).
Hays soutient l’avancement des femmes au travail, un problème qui reste crucial en dépit de certains progrès. De nombreuses entreprises éprouvent des pénuries de compétences et augmenter la présence de femmes en leur sein contribuerait à relever ce défi. En améliorant l’accès au talent, les organisations seront mieux à même d’optimiser leurs performances, leur croissance et de pérenniser leurs succès futurs. 

À propos de Hays
Hays plc (le « Groupe ») est un groupe de recrutement renommé, actif à l’échelle internationale. Le Groupe est spécialisé dans le recrutement de candidats qualifiés, professionnels et compétents à travers le monde et est leader sur le marché au Royaume-Uni et en Asie-Pacifique. Il compte aussi parmi les leaders du marché en Europe continentale et en Amérique latine. Le Groupe est actif dans les secteurs privé et public et se concentre sur les postes permanents, les projets contractuels et les fonctions temporaires. Le 31 décembre 2015, HAYS comptait 9420 collaborateurs à travers le monde, répartis dans 248 agences et 33 pays, dans 20 domaines spécialisés.
 

Vers l'étude Global Gender Diversity 2016

|