Career academy 3 - article êntretien pire questions

Les pires questions à poser lors d'un entretien d'embauche

Ne vous méprenez pas : tout le monde aime faire passer un entretien d'embauche à un candidat zélé, qui a préparé une foule de questions bien senties. Après tout, cela démontre sa proactivité et son intérêt pour le poste à pourvoir, qualités essentielles pour espérer l'obtenir.  Cependant, l'illusion peut rapidement céder la place à une dure réalité si le candidat pose une question qu'il aurait vraiment dû éviter de soulever.

Quelles sont les pires questions à poser lors d'un entretien d'embauche et comment les éviter ?

« Combien de temps l'entretien durera-t-il ? »

Sous des apparences candides, cette question suggère à votre interlocuteur que vous préféreriez être ailleurs. Même si vous êtes très occupé, en particulier si vous avez un autre emploi, s'interroger sur la durée de l'entretien donne d'emblée une mauvaise impression de vous. Une attitude non verbale peut être tout aussi nuisible, comme regarder votre montre ou l'horloge ou montrer des signes de nervosité lorsqu'un entretien s'éternise.

Évitez cette situation en confirmant au préalable la durée de l'entretien avec le recruteur et en vous efforçant de dégager du temps dans votre agenda avant et après le rendez-vous.

Toute question à laquelle vous devriez déjà connaître la réponse

Ne mettez pas votre avenir professionnel en péril en posant une question à laquelle vous auriez déjà dû répondre lors de la préparation à l'entretien. Par exemple, ne demandez jamais quand l'entreprise a été fondée ou qui en est le PDG. Au contraire, faites vos recherches et posez des questions plus approfondies qui ne peuvent trouver de réponse sur Google. Par exemple, quelle est la culture de l'entreprise ou quelles sont les perspectives d'évolution dans la fonction que vous visez ? Vous trouvez d'autres exemples du même type aux paragraphes suivants.

Les questions qui commencent par les mots « Bénéficierai-je... ? »

Il s'agit de questions qui ont trait aux avantages et aux récompenses auxquels vous aurez droit si vous obtenez le poste :

•    Le nombre de jours de congé

•    La durée de l'heure de table

•    Le versement de commissions

•    L'obtention d'une augmentation au bout d'un certain laps de temps

•    L'obtention d'abattements, d'une assurance santé privée, d'une retraite ou du remboursement de certains frais

Ce ne sont que quelques-unes des pires questions que vous pouvez poser. En les posant, vous risquez de passer pour quelqu'un de présomptueux face à votre interlocuteur, tout en donnant une mauvaise impression sur vos priorités, lesquelles, à ce stade, doivent se concentrer sur le poste à pourvoir. Cependant, vous pouvez parler à votre recruteur des avantages proposés et confirmer ultérieurement ces informations avec le responsable des ressources humaines, ou lorsque le poste vous est proposé.

Toute question qui commence par « Devrai-je... ? »

Il est logique que vous souhaitiez clarifier certains aspects des fonctions du poste à pourvoir lors de l'entretien. Cependant, commencer toute question sur ce sujet par « Devrai-je... ? » suggère une attitude réticente et négative.

Essayez de formuler ces questions de manière plus positive et proactive, par exemple : « Je souhaiterais savoir si mes fonctions impliqueront..., car il s'agit d'un rôle que j'ai réellement aimé jouer dans mes précédentes fonctions. »

« Appréciez-vous vos collègues ? »

En posant cette question, vous tentez de prendre la température pour savoir comment se passe la collaboration avec vos collègues potentiels. Il va de soi qu'il s'agit d'un aspect important pour vous. Cependant, poser la question de manière si précise peut donner l'impression que vous n'avez que faire de la conduite de l'entreprise. Après tout, un membre du personnel de direction ne pourra vous répondre que par l'affirmative et avec raison.

D'un autre côté, si vous demandez à votre interlocuteur de décrire la culture de l'entreprise ou la dynamique de l'équipe, vous donnerez une impression beaucoup plus professionnelle tout en obtenant les informations désirées.

« Combien de temps faudra-t-il pour obtenir une promotion ? »

Même si vous souhaitez montrer que vous avez de l'ambition, ce type de question risque de suggérer que vous voulez sauter les étapes et que vous n'êtes pas pleinement impliqué dans le poste à pourvoir. En revanche, si vous expliquez clairement que vous comprenez que la progression de carrière implique de travailler dur et de vous concentrer sur vos fonctions, votre question sera mieux accueillie.

Posez des questions relatives aux possibilités d'avancement personnel dans le cadre du poste à pourvoir. Par exemple : « Le moment venu, pourrais-je accroître mes compétences et assumer davantage de responsabilités au sein de l'organisation ? »

Toute question trop personnelle

S'il est très pertinent de poser des questions à votre interlocuteur sur lui-même, ces questions ne doivent pas être trop personnelles. Les questions relatives au statut civil, à l'âge, au salaire ou à ce qu'il n'aime pas dans son travail sont parmi les pires à poser.

Posez plutôt des questions sur la carrière de votre interlocuteur et sur l'entreprise, notamment sur son évolution au sein de la société. Quels aspects préfère-t-il dans ses fonctions ? Qu'apprécie-t-il dans le secteur dans lequel il évolue ? Qu'est-ce qui l'a attiré dans l'entreprise ? Il va de soi qu'il faut faire montre de bon sens. Si votre interlocuteur lance une conversation informelle non liée au poste à pourvoir, notamment sur vos projets pour ce week-end, n'hésitez pas à embrayer. Ces questions vous permettent de tisser des liens avec votre interlocuteur. Assurez-vous cependant de ne pas dépasser les bornes.

« Le poste m'est-il dévolu ? »

Enfin, même si la question peut vous paraître judicieuse en fin d'entretien et qu'elle vous permettra de surmonter toute réticence éventuelle de votre interlocuteur à votre encontre, il s'agit en réalité d'une question trop directe. Par contre, vous pouvez tâter le terrain en demandant : « Souhaitez-vous que je clarifie ou que je confirme certaines choses ? »  Si vous avez l'impression que l'entretien s'est bien passé, vous pouvez insister sur le fait que vous demeurez très intéressé par le poste et la possibilité de travailler pour l'entreprise et que vous espérez que ce sentiment est réciproque. Il s'agit ici de faire la différence entre enthousiasme et confrontation.

HaysSearchForm Portlet

Why us Right Hand box